Quiver

Le Quiver est l’ensemble des boards qui seront utilisées cette année en compétition. Cela fait plusieurs années que nous travaillons dessus, car c’est un élément déterminant de la performance. Avec 10 spots différents sur le World Tour, ce seront donc différents shapes qui seront utilisés toute l’année.
Les boards sont choisies selon plusieurs critères:
– les vagues
– la morphologie du surfeur
– les sensations du surfeur

Les vagues
Même si chaque vague est unique, notre travail est aussi de savoir décrypter chaque type de vague en fonction de sa direction, sa forme, sa puissance et ensuite sa taille. Une vague dépend avant tout du fond de l’océan: sable, corail, dalle… Cela va influencer sa forme, notamment en fonction de la marée également. Ensuite, l’orientation et la période de la houle détermineront la qualité de la vague. On trouve alors des vagues plus ou moins creuses, plus ou moins plates, avec plus ou moins d’épaule…
De ce fait, une vague très creuse nécessitera davantage un shape avec beaucoup de rocker (banané) pour faciliter les manoeuvres dans la partie critique. A l’inverse, ce shape ne sera pas très efficace pour les prises de vitesse qui nécessitent généralement des boards plus tendues.
La taille de vague est également déterminante: sur des petites vagues, les boards seront courtes et souvent en résine époxy pour faciliter la flottaison. A l’inverse, sur des vagues plus grosses, la taille de la planche augmente pour gagner à la fois en vitesse et en accroche.

La morpholgie du surfeur
Les cotes d’une board sont très personnelles. Une fois le modèle choisi, on l’adapte en longueur, en largeur et en épaisseur. Ces 3 références permettent d’obtenir un volume (Longueur x largeur x hauteur) qui dépend donc du gabarit du surfeur, de sa puissance et de sa vitesse à la rame. Une board avec peu de volume perd en flottabilité (difficile à ramer) mais gagne en manoeuvrabilité. C’est pour cela que les débutants commencent généralement sur des longboards, avec beaucoup de volume pour flotter de manière à avoir suffisamment de vitesse pour démarrer et avoir assez de stabilité.

Les sensations
Une fois les cotes affinées, il faut prendre en considération les sensations du surfeur qui choisira ainsi le modèle de board qui lui convient, en l’adaptant à ses cotes et en le dotant du tail (arrière de la board) approprié. Le tail détermine l’accroche de la board au moment de la manoeuvre: il peut être swallow, squash, squarre, round… Le glaçage sera également adapté aux sensations (c’est la finition de la board, la dernière couche de résine). Le surfeur pourra ainsi jouer sur le poids de sa board.

Enfin, d’autres éléments sont à prendre en compte dans le choix des boards, comme l’ajout de lattes de carbone dans le coeur de la board ou le choix des dérives (single, twin, thruster ou quattro) par exemple.

Avec tous ces paramètres, ce sont une infinité de solutions / combinaisons qui s’offrent au surfeur!

Notre démarche
En 2016 et 2017, nous avons opté pour essayer plusieurs modèles sur les 2 saisons, parallèlement aux modèles classiques utilisés depuis plusieurs années. Ainsi, cela nous a permis d’éliminer clairement certains shapes et d’en découvrir d’autres. Depuis plusieurs années, Johanne travaille avec le même shaper (Al Merrick « Channel Island » qui l’aide dans ses choix) et affectionne les modèles Proton, Rook15, Flyer. Avec cette démarche, d’autres modèles ont intégré son quiver: Fever et Fred Whip alors que d’autres en sont sortis: Zeus, Bunny Show, Girabit, Fred Rubble, Black & White, DFR… Le fait d’avoir essayé tous ces modèles lui a permis d’affiner ses sensations et ses choix pour ne garder que les boards avec une réelle affinité.
En 2018, nous nous sommes concentrés sur l’affinement des cotes. En 5 saisons, elles n’avaient pas du tout changé alors que Johanne a évolué dans son surf et a gagné en force… Du coup, à l’intersaison, nous avons commandé des boards légèrement plus épaisses, passant ainsi de 2 3/16èmes à 2 1/4. Si la différence semble minime pour le commun des mortels, elle est malgré tout visible dans le surf de Johanne qui l’adopte dès le premier WQS de la saison à Newcastle en février 2018. Généralement, le volume utilisé par Johanne est aux alentours de 23 litres.
Une fois les modèles sélectionnés et les cotes affinées, pour 2019, cinq modèles composent le quiver sur des tailles allant de 5’7 à 6’4. On retrouve des boards pour les petites vagues (époxy, carbone) ainsi que les step up pour des vagues comme Margaret River ou Honolua Bay. Un même modèle peut être décliné en plusieurs tailles et plusieurs tail, comme la Rook15 par exemple qui est généralement le modèle que Johanne utilise le plus sur une saison.
Pour 2019, le quiver évolue également sur un paramètre important jusque là négligé: le poids de la board. Ainsi, certaines boards ont été allégées et d’autres alourdies pour répondre le plus possibles aux caractéristiques de certaines vagues.

 

P3112307.JPG

(photo mars 2017)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s